S'inscrire
Se connecter

Numéros d'Urgence

Les Sites Historiques


La Mairie (1767)

La Mairie (l'ancienne "Herrenstube") construite entre 1760 et 1767 et dans laquelle se trouvent d'abondantes archives fait grande impression par sa façade en grès et son pignon baroque surmonté d'une magnifique thémis qui rappelle le souvenir de l'époque où le Conseil de Ville avait le droit de juridiction.


Les Remparts

Village cité dès le IXe siècle, Bergheim finira par échoir, après l'extinction de la famille des comtes d'Eguisheim-Dabo, aux Ribeaupierre à la fin du XIIIe siècle. Peu de temps après avoir commencé à entourer l'agglomération de murs (1313), les Ribeaupierre cèdent la ville aux Habsbourg, mais la conserveront, malgré quelques avatars, jusqu'au traité de Westphalie (1648) où elle revient au roi de France.

La fortification de la Ville de Bergheim est tout à fait remarquable par son état de conservation puisque la double enceinte est encore bien visible sur presque toute sa longueur, mais surtout parce que la totalité de ses tours flanquantes et une tour-porte sur les trois subsistent.

II est difficile de dater l'enceinte et d'attribuer la construction primitive effective aux Ribeaupierre ou aux Habsbourg, mais il semble y avoir au moins deux voire trois phases : l'enceinte intérieure correspond probablement au premier tracé avec la Porte Haute. Une enceinte extérieure séparée de la première par un fossé est ensuite érigée au courant du XIVe siècle et la tour rectangulaire à l'Est peut en être un flanquement original. A la fin du XVe siècle on bâtit les huit tours flanquantes demi-rondes adaptées aux armes à feu.

La tour-porte Ouest (Obertor) est un édifice du XIVe siècle dont l'aspect est remanié par un réaménagement du passage et de sa face intérieure. Initialement existaient deux arcs brisés avec herse extérieure ; l'arc extérieur a été transformé en arc en plein-cintre avec murage entre les deux contreforts de façade qui présentaient la rainure de herse. L'arc intérieur fait de claveaux à bossage a été réduit. La façade côté ville était ouverte à la gorge avec comblement par un colombage : on visualise encore bien les quatre ressauts d'étage malgré le murage des premier et deuxième étages au XVIe siècle. Les troisième et quatrième étages sont en colombage (récent). L’enceinte extérieure date probablement de la fin du XIVe siècle ou du début du XVe avec une tour rectangulaire sur le flanc Est : ses chaînages d'angle sont à bossage et sa face arrière est ouverte à la gorge, aujourd’hui murée, ses ouvertures sont rudimentaires et ne présentent pas de fente de tir caractéristique.

Les huit autres tours demi-rondes sont toutes adaptées aux armes à feu toujours de calibre réduit et de formes assez simples : on peut situer leur érection à la fin du XVe siècle. C'est surtout le flanc nord de la ville qui est spectaculaire avec ses tours et son fossé intermédiaire libre de toute construction parasite ; le fossé extérieur voit couler le Bergenbach.

Remparts, Porte haute et les neuf tours (Cl. MH : 8 mars 1948).


Le Tilleul

Le tilleul millénaire du "Herrengarten", l'arbre le plus vieux de notre contrée est l'une des curiosités de notre ville.

Déjà au XIVe siècle se tenaient sous son feuillage des fêtes populaires. Le tronc a un diamètre de 1,80 m. Aujourd'hui, il est très abîmé par suite des intempéries et aussi par l'incendie criminel du 25 juin 1917. Mais malgré cela, il fleurit d'année en année.


Le Cadran Solaire

Daté de 1711, ce cadran peint, l'un des plus beaux du pays dit-on, se situe au n° 44 de la Grand'rue. Il fut rénové en 1959, puis en 1977.

Un large ruban aux extrémités enroulées porte les initiales J.G. et le texte latin :
"Sicut umbra fugit vita" et "Fecit ano MD CC XI"
(Comme une ombre fuit la vie - fait en l'an 1711).

Ce cadran indique les heures, les 1/2 heures, 1/4 heures, les changements de saison, la position du soleil dans le zodiaque, à quelques jours près la date de l'année, ainsi que l'heure du lever et du coucher du soleil.